La Vallée des Rôniers


        Poli est une petite ville située dans le nord du Cameroun, dans le département FARO. Chaque samedi les habitants de la région y offrent leurs marchandises au marché.

        A partir de cette ville, vous pouvez atteindre la Vallée des Rôniers par une piste en direction ouest. Après une heure de route, on voit de loin apparaître les rôniers qui peuvent atteindre une hauteur de 30 mètres.

        Les fruits oranges, hauts dans la cime, sont clairement visibles. Les palmiers donnent des fruits à partir de 10 ans et peuvent atteindre jusque 50 ans.

        Les feuilles des palmiers sont utilisées par les tribus Bororo pour la construction de leurs huttes. Ce sont de véritables œuvres d'art. Les tribus Dowayo par contre utilisent ces feuilles pour tresser des tapis et pour en faire des fermetures pour leurs maisons.

        Les fruits des rôniers sont comestibles et on peut en faire du jus. Le bois des vieux arbres morts est également utilisé. Les racines des jeunes pousses des palmiers sont bouillies et sont considérées comme une délicatesse. Elles sont très demandées même bien au-delà de la vallée.

        A côté de cela on cultive dans la vallée du mil, des noix d’arachide, du maïs et du coton. On élève des chèvres, des zébus et des toros (sans bosse). La Vallée des Rôniers s'étend sur une superficie de 1.300 hectares, entourée par des montagnes, et par des forêts du côté est.

        ll y a 9 villages au total dont les principaux sont :

  • Dassidongo (dérivé du mot Dakdongo, qui dans la langue ancienne signifie "pieds des Rôniers"),
  • Gombo,
  • Taako
  • ...

        La vallée a 800 habitants, répartis sur 150 familles. De Taako vous avez une vue superbe sur toute la vallée. La vallée se trouve à côté du parc Faro (nommé d’après la rivière Faro).

        Ici vivent les peuples animistes Bororo, mais surtout : Dowayo. Les Bororo sont des tribus nomades, les Dowayo sont sédentaires. Il y vive aussi uneminorité de chrétiens, qui ont leur église et leur proprecimetière dans la vallée.

        Les tribus Bororo restent dans la vallée, mais se déplacent selon les saisons, afin d'assurer que leurs zébus ont assez à manger. Les femmes et les enfants se distinguent des autres peuples africains par leurs nombreuses perles, leurs tatouages dans le visage et sur la poitrine et leurs vêtements très colorés. Ils ont peu de biens et vivent principalement de leurs grands boeufs qui leur fournissent du lait et de la viande.

        Les Bororo enterrent leurs morts et ils n’ont pas de culte spécifique de re-enterrement. Dans la vallée, vous trouvez des endroits (roches) ou les animistes font des offres. Il existe également un lieu saint pour eux: le Pic de WODUKO.

        A ce pic est lié une légende : il y a longtemps, dans la période de l’esclavage au Cameroun, le sommet du rocher était un plateau. Un jour il y avait le corps d'un esclave mort en bas des rochers. Le lendemain, le corps avait disparu mystérieusement et tout à coup, il y avait des rochers au sommet du plateau. Les habitants ont cru que le corps de l'esclave avait été transformé en roche. Depuis ce jour-là, le "Pic de Woduko “ est un lieu de sacrifice et de prière.

        Dans les villages de Dowayo vous trouvez l'atelier du forgeron, situé au bord de la vallée. Sa maison, construite avec beaucoup de mosaïques, mérite une visite. Autres métiers qu’on trouve dans cette vallée sont: le vannier et la poterie. Bracelets, poteries et vanneries sont offerts à la vente.

        En termes de vêtements, les Dowayo ne se démarquent pas des autres Africains. En revanche, le vêtement traditionnel des femmes Dowayo n’est qu’une ceinture de feuilles. Dans cette vallée vous pouvez visiter ‘Bessinon’, une vieille femme de 90 ans qui porte toujours la ceinture de feuilles et qui se nourrit exclusivement de produits bio-naturels. Bessinon dort par terre dans sa hutte et se soigne chaque jour avec une huile naturelle. Pour son propre usage elle tire le sel d'une plante par le biais d'une procédure spéciale.

        Chaque village Dowayo a son propre cimetière. Après la mort, le corps est emballé dans des peaux d'animaux et enterré dans une tombe commune. Après 4 à 5 mois, le crâne des personnes éminentes est ré-exhumée et enterré dans une cannerie séparée. Une fois par an, au mois de décembre, il y a une fête pour tous les défunts (”la fête des crânes”).

        Il y a 2 petites écoles dans la vallée et la plupart des enfants vont à l’école.

        Son climat, sa végétation, sa potentialité faunique, la culture et la tradition authentique de la population ainsi que les activités culturelles locales ont fait de la vallée une région planétaire.