Bref aperçu sur le rite de veuvage chez les Betis du Cameroun.


        Il existe quatre statuts matrimoniaux universels : célibataire , marié , divorcé et veuf . En Afrique subsaharienne, notamment chez les peuples de la foret équatoriale, deux de ces statuts sont sacrés : celui de marié et celui de veuf. Les deux sont sacrés parce qu’ils sont fondés sur des rites poétiques et métaphysiques qui sont très significatifs dans certaines traditions. C’est ainsi que l’acquisition du statut de veuf(ou de veuve) est inhérente à un rituel : le veuvage ainsi, dans le lexique beti, on parle d’‘’Akous‘’ pour transcender le sens premier du terme veuvage qui en fait un vulgaire « état d’un veuf, d’une veuve »pour connoter le rite par lequel les doyennes de la communauté purifient le veuf ou la veuve et le libérant des méfaits et des dangers surnaturels que provoque la perte d’un conjoint.

        Le veuvage a souvent lieu le lendemain des obsèques, c’est-à-dire le matin du jour suivant l’inhumation (très tôt à partir de 5H). C’est une cérémonie publique qui se fait devant toute la communauté et en présence des amis et curieux qui ont tenu à assister la famille éprouvée jusqu’à la fin des cérémonies traditionnelles . Sont concernés par le rite, les frères et les sœurs du veuf ou les coépouses de la veuve y compris leurs enfants émancipés ou en âge de se mariés.

NB : Comprenons frères, sœurs et coépouses au sens africain du terme, c’est-à- dire avec ce qu’il comporte comme expansions sémantiques, car indiquant à la fois les enfants issus d’un même père ou d’une même mère et leur pléthore de cousins et cousines. Le veuvage comporte plusieurs phases à savoir :

        a) La recherche des éléments naturels : eau de source, plantes diverses, un tronc de bananier ,une ligne ,un instrument de musique traditionnelles ,excréments humain sur un bambou ,une herbe qui gratte au contacte de la peau , une coquille d’escargot ,une pierre d’environ 25kg et bien d’autre objets . Cette recherche est faite par les spécialistes du rite de bonne heure( qualifiés de MEGUIMEGUIS).

        b) La chasse des veufs(ves) : Avant et pendant la cérémonie , tous les veufs et toutes les veuves sont pourchassés par les responsables du veuvage muni de bâton de macabo ou de feuille de bananier . Ainsi, dès qu’un ‘’veuf’’ est aperçu , il est poursuivi . S’il venait à s’échapper, il est dispensé de la pratique. Sinon, il est déchaussé, puis conduit au lieu de regroupement des veufs . Il peut aussi arrivé qu’il ne soit pas disponible ou disposé à se faire torturer : il négocie alors sa libération contre quelques pièces symboliques. Ce qui montre au veuf qu’il n’est pas seul dans sa situation et qu’il doit continuer à se battre.

        c) L’installation des veufs(ves) : Le conjoint éprouvé est installé en premier lieu. Il est assis à même le sol , tête et pieds nus . Ses équipiers seront alignés de sa gauche et à sa droite , assis à même le sol eux aussi . Ceci montre au véritable veuf qu’il fait toujours partie de la communauté et que les siens ne peuvent jamais l’abandonner quelque soit la dureté des épreuves de la vie , et par conséquent, il ne doit jamais se sentir seul ou désespéré.

        d) Le rasage du veuf (ve) : Le partenaire durement éprouvé (e) doit se laisser raser le crane avant le début de la cérémonie , très tôt le matin .Le rasage est alors effectué par une femme mure ,la doyenne de préférence ,qui opère habilement avec une lame-rasoir neuve ( ou tessons de bouteille) qu’elle tient entre ses doigts et avec laquelle elle rase à ras les cheveux ordinairement mouillés et savonnés au préalable(elle est sensé recevoir un poulet à la fin de la cérémonie) . Cette épreuve rafraichit les idées du veuf et rompt tout lien métaphysique avec le défunt si bien qu’il vivra désormais à l’abri de la possession et de la hantise par l’esprit du mort.

        e) Le transport de la pierre : Tous ceux qui subissent l’épreuve de veuvage doivent soulever la pierre lourde de 25kg environ sur une trentaine de mètres et la déposer au point de départ. L’exercice consiste à défouler le veuf et à lui prouver qu’il a encore la force et la capacité de dominer la nature afin d’en rester le maitre.

        f) Le tirage du bananier : Chaque ‘’veuf’’(ve) doit porter sur son épaule un bananier coupé à la tige et le tirer en trainant les feuilles par terre sur la même distance que celle de la pierre. L’épreuve permet alors de s’approprier les richesses de la nature ,car il arrive souvent que la crise économique , surtout alimentaire frappe ardemment la famille éprouvée après le deuil et ceci pendant longtemps .Cette crise est souvent manifestée par les mauvaises récoltes et une série de malheurs.

        g) La musique : A tour de rôle ,les veufs(ves) jouent à la guitare traditionnelle ,le « Mvet Oyeng »ou (une cithare ) tout en chantant un air poétique et spirituel qui porte son message aux cieux au pays ‘’ EKANG BISSO’O ELANG’’. Autant le son s’élève , autant l’esprit du véritable veuf s’édifie et fait de lui un être nouveau , un être dynamique capable de surpasser toutes les épreuves de la vie.

        h) La purge : Au cours de la cérémonie , une grosse poire est brandie et il est demandé à tout le monde de se laisser purger publiquement .La purge n’est pas souvent effective ,car tout le monde la convertit en payement d’un montant symbolique qui est en effet un impôt payé aux ancêtres défunts.

        i) La pêche : Elle se fait à l’air libre, sur le sol nu .Il s’agit d’une pêche à la ligne ,le poisson et l’eau sont fictifs .De temps en temps ,le pêcheur l’hameçon ,le retire et prend son poisson fictif qu’il jette dans le panier .Il s’agit de la réconciliation avec les eaux et avec les êtres aquatiques.

        j) Le lavement : La cérémonie de veuvage est clôturée par le lavement des veufs .Ils s’agit d’un bain de purification à base de l’eau de source et d’essences végétales naturelles . Le veuf est aussi purifié dans son corps physique et dans son corps éthérique.

        k) L’amour en publique : Une jeune femme dynamique est officiellement choisit pour réaliser un semblant d’ébat sexuel devant le publique. Ils sont couverts d’un drap autant pour l’homme de ne pas perdre l’appétit du sexe ….

En guise de conclusion.

        Au terme de la cérémonie de veuvage qui libère le veuf des liens physiques et métaphysiques que le mariage établit entre les deux partenaires unis pour le meilleur et pour le pire ,l’individu éprouvé recouvre l’équilibre de ses sens .Il est ainsi purifié et réconcilié avec lui-même et avec la nature.

        Ce sujet est proposer aux touristes curieux , étudiants , anthropologues ……..

        Ainsi CAMEROUN AVENTURE peut vous organiser un voyage pour mieux comprendre la vie des Bantous. Faites votre demande.